Présentation

Peintre autodidacte, Rosemarie Favre, est née à Sierre le 14 août 1952.

Elle y a fait toutes ses études jusqu’à l’obtention d’un diplôme de commerce.

Dès son plus jeune âge, elle évolue dans un milieu où la visite d’expositions et de musées fait partie des habitudes de la famille. Sa mère, d’ailleurs, est passionnée d’art et avant son mariage, elle suit assidûment des cours de peinture. Son père également apprécie beaucoup le dessin et fréquemment, il fait des croquis de montagnes, de paysages valaisans.

Ses grands-parents maternels connaissent et fréquentent régulièrement un peintre florentin, installé à Sierre, Alfredo Cini, bien connu dans la région.

La famille se lie d’amitié pour lui et Rosemarie passe de longues heures à observer le travail du peintre.

Elle se sent très à l’aise dans ce décor et affectionne l’odeur de la peinture à l’huile et des vernis.

   
Entre-temps, Alfredo Cini est devenu son parrain de confirmation. Rosemarie se rend spontanément chez lui. Parfois, il lui demande de poser mais impatiente d’apprendre, elle ne reste pas en place.

Passionnée, elle dessine sans relâche avant de montrer ses esquisses au peintre. Avec beaucoup de gentillesse, ce dernier corrige, améliore et explique le détail d’un trait ou d’une courbe. Petit à petit, une transformation s’opère.

Les boîtes de couleurs et de peinture se succèdent. A la mort du peintre, elle continue à travailler chez elle, dévore les ouvrages d’art et les biographies de peintres qu’elle admire. Son rêve, est d’être inscrite aux beaux-arts. Cependant, la vie en décide autrement.

Les années passent et Rosemarie voyage grâce à son métier. Mais, au fond d’elle-même, elle sait qu’elle retrouvera la peinture.

En effet, elle recommence à dessiner, à peindre et recherche de nouvelles techniques, dès son retour en Suisse.

   
Un jour, cependant, le désir ou plutôt le besoin d’exposer s’impose. Le regard des autres est nécessaire à son évolution.

Depuis 1997, plusieurs expositions ont été organisées en Valais et en Suisse romande.

Aujourd’hui, la peinture de Rosemarie Favre évoque un monde hors du temps, proche du rêve et certainement de la poésie, peuplée de personnages et de paysages harmonieux.

La technique de l’acrylique permet une grande liberté d’expression pour une telle démarche.

Chaque tableau apparaît comme une porte entrouverte.

En la poussant légèrement, on découvre une émotion et parfois un souvenir oublié.